Budget 2000
- Page centrale - PublicationsUtiliser les renseignements budgétaires -

Archiveé - Plan quinquennal de réduction des impôts

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Également publié dans le Plan budgétaire au chapitre 4.


Table des matières


Budget de 2000

Le Canada est maintenant parvenu à l’ère des excédents budgétaires.

Lorsque le gouvernement est arrivé au pouvoir en 1993, il a formulé un plan pour assainir les finances publiques, bâtir une économie plus forte et novatrice ainsi qu’améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens. Ce plan porte fruit.

Le déficit a été éliminé, le fardeau de la dette est en baisse, le taux de chômage est à son plus bas niveau en plus de 20 ans et le revenu disponible augmente.

Maintenant que l’économie progresse et que les finances publiques sont en ordre, le présent budget trace la voie vers une plus grande prospérité pour tous les Canadiens au XXIe siècle. Notre situation financière plus solide nous aidera à bâtir une vie meilleure pour tous les Canadiens, ceux d’aujourd’hui et de demain.

Pour améliorer notre qualité de vie, il faut absolument continuer d’investir dans l’enseignement postsecondaire et améliorer notre système universel de soins de santé.

L’un des éléments clés du plan du gouvernement consiste à réduire les impôts. Ainsi, les Canadiens auront plus d’argent dans leurs poches, la croissance économique s’accélérera et la création d’emplois en fera autant.

Les Canadiens savent à quel point notre réussite future dépend de ce que nous bâtissions une économie plus forte et novatrice. Pour améliorer notre qualité de vie, il est essentiel de développer le savoir-faire, les produits, les compétences et les services nécessaires pour maintenir notre économie sur le chemin de la croissance.

C’est pourquoi le présent budget :

Pour de plus amples renseignements sur les mesures du budget autres que celles décrites ici, veuillez communiquer avec le Centre de distribution, à l’adresse figurant sur la dernière page, ou visiter le site Web du ministère des Finances Canada, à l’adresse http//:www.fin.gc.ca.

Faits saillants

  • rétablir immédiatement la pleine indexation du régime de l’impôt sur le revenu des particuliers, pour protéger les contribuables contre les hausses d’impôt automatiques engendrées par l’inflation – chaque Canadien en profitera;
  • ramener le taux d’imposition intermédiaire de 26 % à 23 %, en le réduisant d’abord de deux points, pour le faire passer à 24 % en juillet 2000. Ainsi, neuf millions de Canadiens jouiront de réductions d’impôt.

Voici d’autres grandes mesures du Plan au chapitre de l’impôt sur le revenu des particuliers :

D’autres mesures aideront les entreprises canadiennes à accroître leur compétitivité sur la scène internationale en faisant en sorte que le régime fiscal favorise davantage l’investissement et l’innovation. Pour garantir la croissance soutenue et la création d’emplois dans une économie mondiale axée de plus en plus sur le savoir, le Plan prévoit les mesures suivantes :

En vertu du Plan, qui met l’accent sur les besoins des familles ayant des enfants, les Canadiens verront leur revenu augmenter.

D’ici 2004 :

  • une famille type de quatre personnes à revenu unique d’environ 35 000 $ ne paiera pas d’impôt net sur le revenu;
  • une famille type de quatre personnes à revenu unique de 40 000 $ verra son impôt net sur le revenu réduit d’au moins 1 623 $ par année, soit une réduction de 48 %;
  • une famille type de quatre personnes à deux revenus totalisant 60 000 $ verra son impôt net sur le revenu réduit d’au moins 1 546 $ par année, ce qui représente une réduction de 27 %.

Introduction

À l’automne 1999, dans le discours du Trône et La Mise à jour économique et financière, le gouvernement a promis aux Canadiens qu’il présenterait un plan pluriannuel visant à réduire davantage les impôts. Compte tenu des excédents substantiels maintenant enregistrés, le présent budget donne suite à cet engagement en apportant au régime fiscal fédéral du Canada les plus importants changements structurels en plus de 10 ans.

Le Plan quinquennal de réduction des impôts prévoit des réductions d’impôt réelles et durables pour les Canadiens et garantit que tous les contribuables verront leur fardeau fiscal réduit en accord avec les principes clés du gouvernement en matière de réductions d’impôt :

Le Plan annoncé dans le présent budget améliorera le niveau de vie des Canadiens. Il permettra à ces derniers de conserver une plus grande part de leur revenu et favorisera la croissance économique et la création d’emplois.

Plan quinquennal de réduction des impôts

Le tableau 1 résume les éléments du Plan quinquennal de réduction des impôts et quantifie l’allégement associé à chaque mesure qu’il renferme. D’ici 2004-2005, le gouvernement consentira des réductions d’impôt annuelles de 17,6 milliards de dollars.

Tableau 1 – Aperçu
Plan quinquennal de réduction des impôts

Mesures Initiatives dont la mise en œuvre
est proposée sur cinq ans
Économie annuelle d’impôt en 2004-2005 (millions $)
Éliminer l’alourdissement automatique du fardeau fiscal attribuable à l’inflation
  • Rétablir la pleine indexation du régime fiscal avec effet le 1er janvier 2000
Voir ci-dessous
  • Faire passer à au moins 8 000 $ le montant personnel de base et à au moins 6 800 $ le montant pour conjoint ou l’équivalent du montant pour conjoint
2 7601
Réduire le lourd fardeau fiscal des contribuables à revenu moyen
  • Ramener de 26 % à 23 % le taux d’imposition intermédiaire
3 600
  • Faire passer de 29 590 $ à au moins 35 000 $ le seuil de revenu au-delà duquel le taux d’imposition intermédiaire s’applique
2 9401
  • Faire passer de 59 180 $ à au moins 70 000 $ le seuil de revenu au-delà duquel le taux d’imposition supérieur s’applique
7301
  • Éliminer la surtaxe de 5 %
865
Accroître l’aide pour les enfants
  • Accroître sur cinq ans l’aide pour les enfants en vertu de la Prestation fiscale canadienne pour enfants, la prestation maximale passant à 2 400 $ pour le premier enfant
2 5251
Accroître la capacité de l’économie canadienne de soutenir la concurrence internationale
  • Réduire de 7 points de pourcentage le taux de l’impôt des sociétés, qui passera de 28 % à 21 % dans le cas du revenu d’entreprise qui n’est pas déjà admissible à un régime d’imposition spécial
2 995
  • Ramener de trois quarts à deux tiers le taux d’inclusion des gains en capital
295
  • Imposer à la vente des actions plutôt qu’à la levée de l’option les gains réalisés sur les actions acquises aux termes d’une option d’achat d’actions admissible
75
  • Permettre le roulement en franchise d’impôt, d’une petite entreprise à une autre, des gains en capital tirés de placements admissibles
75
Autres
  • Mesures techniques comprenant d’autres mesures d’indexation
7801
Total 17 640
– contribution de l’indexation 6 215

1 Les montants tiennent compte de l’indexation selon un taux annuel d’inflation de 1,8 %.

Le Plan se traduira par des réductions d’impôt totalisant au moins 58 milliards de dollars aux cours des cinq prochaines années.

Réduction d’impôt cumulative d’au moins 58 milliards de dollars en vertu du Plan quinquennal

Ampleur des économies d’impôt (milliards $)

2000-
2001
2001-
2002
2002-
2003
2003-
2004
2004-
2005
Cumulatif
Impôt sur le revenu des particuliers 3,3 5,6 7,2 8,7 14,7 39,5
Impôt des sociétés -0,1 0,3 0,5 0,5 2,9 4,0
Assurance-emploi 1,4 2,2 3,0 3,8 4,4 14,8
Total – Impôt et assurance-emploi 4,6 8,1 10,6 13,0 22,1 58,3
La réduction d’impôt cumulative de 58 milliards de dollars représente un minimum absolu, compte tenu la manière dont la réduction a été estimée. Bien qu’elle représente une estimation des économies d’impôt cumulatives sur cinq ans, elle n’englobe que les mesures du budget de 2000 adoptées par voie législative pour les deux prochaines années, et elle suppose que toutes les autres réductions d’impôt sur le revenu des particuliers et d’impôt des sociétés seront mises en œuvre la cinquième année.

Si ces autres mesures sont appliquées plus tôt ou si les réductions d’impôt dépassent celles prévues dans le Plan, la réduction cumulative dépassera 58 milliards de dollars.

Par exemple, la réduction d’impôt cumulative augmenterait de près de 2 milliards de dollars si le dernier point du taux d’imposition intermédiaire était réduit le 1er juillet 2002 plutôt qu’à la dernière année du Plan.

En outre, la réduction d’impôt cumulative s’accroîtrait de près de 1,5 milliard de dollars si l’impôt des sociétés passait de 27 % – le niveau qu’on propose d’adopter par voie législative en janvier 2001 – à 21 % au cours des deux dernières années plutôt qu’à la seule dernière année du Plan.

Sources :
1) Exercices 2000-2001 à 2002-2003 : impôt sur le revenu des particuliers, impôt des sociétés et assurance-emploi : Plan budgétaire de 2000, chapitre 1, tableau 1.4.
2) Exercice 2003-2004, données calculées comme suit : impôt sur le revenu des particuliers – coût des mesures du budget de 2000 adoptées par voie législative, y compris l’indexation; impôt des sociétés – même source que pour 2002-2003; assurance-emploi – on présume en outre que le taux de la cotisation des employés sera amputé de 0,10 $.
3) Exercice 2004-2005 : impôt sur le revenu des particuliers et impôt des sociétés – tableau 1 de cette brochure; assurance-emploi – on présume en outre que le taux de la cotisation des employés sera amputé de 0,10 $.
Nota – Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

Rétablissement intégral de la protection du régime fiscal contre l’inflation

Pour protéger entièrement les contribuables contre l’inflation, le budget propose de rétablir la pleine indexation du régime d’impôt sur le revenu des particuliers avec effet le 1er janvier 2000 (tableau 2). On éliminera ainsi la disposition adoptée en 1986 en vertu de laquelle le régime d’impôt sur le revenu des particuliers n’était indexé que selon l’excédent de l’inflation sur 3 %.

La non-indexation du régime fiscal a entraîné l’alourdissement automatique et soutenu du fardeau fiscal net (impôt moins prestations). Cela a pris plusieurs formes :

Allégement automatique du fardeau fiscal attribuable à l’indexation – Exemple 1

France gagne 25 000 $. Au-delà de son montant personnel de base, son revenu est assujetti au taux d’imposition le moins élevé (17 %). Elle reçoit également le crédit pour la taxe sur les produits et services (TPS) et la Prestation fiscale canadienne pour enfants (PFCE) à l’égard de son fils.

Chaque année, l’employeur de France lui accorde des augmentations salariales correspondant à l’inflation, ce qui porte son revenu à 27 250 $ la cinquième année1.

Le revenu réel de France n’augmente pas. Par contre, son fardeau fiscal réel s’accroît automatiquement :

Impôt fédéral net payable la cinquième année ($)

Sans
indexation
Pleine
indexation
Écart
Impôt 2 122 1 920 202
PFCE 1 278 1 663 385
Crédit pour la TPS 437 548 111
Impôt total net (impôt moins prestations) 407 -291
Gain net attribuable à l’indexation 698
Dans un régime fiscal sans indexation, France aurait payé un montant net d’impôt fédéral de 407 $. Si le régime fiscal était entièrement indexé, elle recevrait un montant net de 291 $, ce qui ajouterait 698 $ à son revenu.

1 On présume que le taux moyen d’inflation sera de 1,8 % par année pendant la période de cinq ans.

Allégement automatique du fardeau fiscal attribuable à l’indexation – Exemple 2

Claude gagne 35 000 $. Au-delà de son montant personnel de base, une partie de son revenu est assujettie au taux inférieur d’imposition (17 %), et le reste est imposé au taux intermédiaire de 26 %. Il touche également le crédit pour la taxe sur les produits et services (TPS) ainsi que la Prestation fiscale canadienne pour enfants (PFCE) à l’égard de ses deux enfants.

Chaque année, l’employeur de Claude lui accorde des augmentations salariales correspondant à l’inflation, ce qui porte son revenu à 38 150 $ la cinquième année1.

Le revenu réel de Claude n’augmente pas. Par contre, son fardeau fiscal réel s’accroît automatiquement :

Impôt fédéral net payable la cinquième année ($)

Sans
indexation
Pleine
indexation
Écart
Impôt 4 631 4 190 441
PFCE 1 612 1 929 168
Crédit pour la TPS 0 168 317
Impôt total net (impôt moins prestations) 3 019 2 093
Gain net attribuable à l’indexation 926
Dans un régime d’imposition non indexé, Claude aurait payé un montant net d’impôt fédéral de 3 019 $. Grâce à la pleine indexation, il paiera 2 093 $, soit une économie de 926 $.

1 On présume que le taux moyen d’inflation sera de 1,8 % par année pendant la période de cinq ans.

L’indexation profitera à tous les Canadiens, mais elle favorisera surtout les particuliers dont les revenus sont plus faibles. Par exemple, les Canadiens dont le revenu est inférieur à 30 000 $, qui versent environ 1 % du total net de l’impôt sur le revenu des particuliers, se partageront près de 40 % de l’économie d’impôt résultant de la pleine indexation. Les Canadiens gagnant à concurrence de 60 000 $, qui paient environ 40 % du montant total d’impôt sur le revenu des particuliers, se partageront 80 % de l’économie résultant de l’indexation.

L’indexation favorisera particulièrement les Canadiens à revenu moyen ou faible parce que :

- Prochain